Oui à la conciliation vie professionnelle et vie familiale!

Le capital humain chez les femmes est aujourd’hui encore trop peu valorisé. Si la parité hommes-femmes dans la formation présente des progrès indéniables, font encore défaut pour les femmes et mères de famille l’accès au marché, à des métiers ou encore plus à des postes de direction/conseils d’administration. Les choix d’entrer sur le marché du travail, de s’y épanouir, de fonder une entreprise ou encore d’accéder à un poste de direction favorisent la compétitivité et la croissance de l’économie suisse. La liberté de choix et la liberté entrepreneuriale des mères (et des pères) doivent donc être rendues possibles.

La prise en compte fiscale des frais de garde des enfants s’inscrit dans le cadre de l’initiative du Conseil fédéral visant à combattre la pénurie de personnel qualifié (Fachkräfteinitiative, ci-après: FKI). La présente révision de la loi fédérale sur l’impôt fédéral direct (LIFD) propose de réduire les effets pervers de la fiscalité sur l’activité lucrative et comprend deux modifications ménageant le portemonnaie des familles. Désormais, les familles et les familles monoparentales pourront déduire de leur revenu imposable dans l’IFD des frais de garde des enfants par des tiers ou les frais de garde par les contribuables eux-mêmes. Contre toute attente, le PS, ardant défenseur de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, a lancé un référendum. Ce dernier ayant abouti, l’objet sera soumis au vote populaire le 27 septembre 2020.